accueil Contacts metanalyseHistorique de la Metanalyse conférencesDéveloppement personnelActualitésLiens

grenouille

© mentions légales

 

 
Metanalyse : une psychologie du changement
   

 

 

     
     
                                                      L'AN 2016

                                     CAP SUR  LE PORT DE SAINT GUENOLE

COUP DE VENT ET MERE FORTE SUR LA POINTE FINISTÈRE UNE GROSSE HOULE A INONDÉ LE PORT DE SAINT GUENOLE D'UNE MER D'ECUME CE SAMEDI MATIN TEL UNE TEMPÊTE DE NEIGE TOUS LES BATEAUX DE PÊCHE SONT RESTÉS AU PORT

 

l'INFO DU

2 JANVIER 2016

AU PETIT MATIN

 

à la pointe de

Penmarc'h, en Bretagne,

le vent souffle à plein poumon.

 

UNE TEMPETE D'ECUME

 

 
 

Est-ce l'annonce, au tout début de 2016, d'une météo en déroute ? Pourquoi, et si l'ordre naturel des choses se déréglait, et pour quelle cause ? La cause serait, si on croit encore aux légendes, que ça serait, périodiquement, sur ces côtes sauvages de l'Armor, que s'exerce la vengence de la Princesse de la Ville d'Is, Ahès, sur celui qui ose transgresser sa loi. C'est ce que fit le roi Marc qui essaya de tuer une biche sur la plage de Dournenez, l'animal d'Ahés. La Princesse d'Is le chatia.

Ce roi qui se croyait invicible fut frappé par le pire des châtiments, son cheval fut transpercé  en plein coeur par sa propre flèche. Un tour de magie de la magicienne des mers, Ahès, qui en plus, transforma  les oreilles  du roi Marc, comme celles de son cheval. On l'appela alors Penmarc'h, ce qui veut dire  en breton, tête de cheval. Le Roi Marc devint le roi aux oreilles de cheval, et même son royaume changea de nom, Poulmarc'h, devint Penmarc'h.

Alors en ce matin du 2 janvier 2016, la nature nous renverrait des signes d'alarme, que les tyrans rois, empereurs, et ceux qui se croient maître du monde, vont avoir des oreilles de cheval ou d'âne, comme Midas, dont l'ambition seule n'était que d'avoir de l'or, et comme ce pauvre Richard III, le tyran boiteux, avide de nouveaux royaumes,  qui dit en fin de course : "Un cheval, un  cheval. Mon royaume pour un cheval". L'ambition dévorante de tous ces rois va-t-elle un jour finir, pour que de l'écume jaillissante, sur la pointe de Pennmarc'h, la Princesse de la ville engloutie d'Is, revienne, apaisée, pour rebatir une nouvelle ville D'Is... comme ce que l'on appelle aussi en langue bretonne Par Is (Parisis). Alors les parisiens ! Pas si éloignés de la Bretagne...et que de métamorphoses à faire en cette belle ville de Parisis. Une année qui laisserait la place aux fées, comme dans les contes, telle aussi Mélusine, toutes donc, de grandes bâtisseuses de villes, de châteaux. Alors embarquons nous sur l'écume de nouveaux jours, et ouvrons toute grandes, nos oreilles...

 

 

 

                                                

                                               

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
                                                        

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

LA LEGENDE

du Roi aux oreilles

de cheval,dit en langue bretonne

Penmarc'h.

 

 

REFERENCES

Le guide de la Bretagne de

Gwenc'Han Le Scouëzec

et le conteur

Yann ar Floc'h

     
     
 

 

 

                                  exposition "Les Mille et une Nuits"

 

http://www.imarabe.org/sites/default/files/imagecache/a_la_une/visuel_affiche_mun_40x60.jpg

les contes seraient-ils thérapeutiques ?

 

 

 

 

 

 

Exposition

autour des contes

"Les Mille et une Nuits"

Institut du Monde Arabe

1, rue des

Fossés-St-Bernard

Paris (5ème)

01 40 51 38 14

 

jusqu'au 28 avril 2013

 

 

 

En 1977, le livre « Psychanalyse des contes de fées », de Bruno Bettelheim, dont l'objet était d'expliquer à partir des contes, les stades de maturité de l'enfant, était une petite révolution dans le monde psy. Depuis les contes font partie des méthodes projectives utilisées en psychothérapie, et pour tout âge, de l'enfance à l'adolescence, pour aboutir à l'âge adulte. A l'heure actuelle, on peut dire aussi que les contes suscitent un véritable engouement, colloques universitaires, agoras où des conteurs réhabilitent un art oral qui était tombé en désuétude. Alors que nous apportent-ils ces contes ?

 

Les contes ,

une explication

psychanalytique

de l'enfance

 

Au temps de Charles Perrault, le conteur du XVIIème siècle, une belle morale. Quant à moi, en ce XXIème siècle, une leçon de vie, et à effet thérapeutique, et parfois magique.   Car, outre le pur plaisir de retrouver le goût de l’enfance, on se laisse conduire, avec enchantement, par l'histoire des héros qui vont trucider les monstres marins pour sauver leur bien-aimée, ou encore une princesse qui s'est faite ensorceler par une vilaine sorcière, et attend que son chéri la délivre, ou encore un diable enfermé dans une bouteille et qui a plus d'une ruse dans sa tête pour vous couper la tête. Des histoires qui répondent à la magie de l'inconscient qui nous donnerait, et est-ce un hasard, la solution  et même trouverait la résolution du pénible complexe d'identité, de rivalité, d'infériorité .. qui nous pourrit la vie... Alors les contes seraient thérapeutiques ?

 

Les contes,

une symbolique de l'inconscient collectif et personnel

 

 

C’est dans cette perspective, et donc, dans une  intention thérapeutique, que  les livres sur les contes par Marie-Louise von Franz,  collaboratrice de C.G. Jung, psychanalyste suisse, ont vu le jour à partir de 1978 en France, édités par La Fontaine de Pierre. C’est donc  par cette voie,  que j’ai abordé les contes de fées, formée  par Etienne Perrot, le seul psychanalyste français  qui se référait à  l’époque, à cette psychothérapeute jungienne.

 

Les contes,

par M.L. von Franz

une interprétation jungienne

 

C’est donc au fil du temps, que  j’ai fondé  une méthode, le métascript ©, une technique d’écriture à partir des contes, en lien avec l’histoire du patient,  ou  encore d’un évènement  émanant du  collectif, ou une thématique spécifique dans les groupes de  métanalyse ® (systémique et roman familial). Je me réjouis donc de proposer en 2013, des journées ou soirées, sur les contes, à entendre,  ou réécrire, en lien avec l’approche jungienne et métanalytique. D’ici là, l’Institut du Monde Arabe vous invite à son exposition sur les contes des Mille et une Nuits. Et alors vous pourrez chaque soir vous raconter un conte avant de vous endormir, pour ensuite allez au pays des rêves, des mille et une nuits … et écrire vos rêves au petit matin...

 

 

Les contes,

et leur pouvoir de transformation,

par la technique du métascript, une réécriture du conte.

 

la rentrée littéraire

 

Septembre 2012

 

                                                                 © grégor clavel

                                                                                                    

                           le retour de Barbe Bleue

 

  

Barbe bleue

Amélie Nothomb

Albin Michel (août 2012)

 

 

 

 

      

 

Le Barbe Bleue d'Amélie Nothomb est un esthète mondain, qui héberge dans son 200 m2, et dans les quartiers très chics de Paris,  d’exquises colocataires,  qui subiront toutes le même sort,  mortes, on s’en doute,  dans la chambre interdite, comme dans le conte de Charles Perrault.  On suit l’intrigue, pourtant qu’on connaît par cœur, et  avec passion.  Car, la dernière victime de Barbe Bleue, sa neuvième épouse, serait une ravissante et surtout très intelligente étudiante de l’Ecole du Louvre. Le portrait craché d’Athéna,  déesse de l’intelligence, et qui s’y connaît en stratagèmes.

 

Une légende

qui perdure à travers le temps

 

de Perrault

aux Frères Grimm

 

Mais vat-elle malgré tout, l’étudiante, succomber au charme discret et élégant de ce pervers propriétaire, Barbe Bleue, lequel l'a séduite par ses paroles intelligentes, et son rituel obligé, un dîner très raffiné, chaque soir. On est emporté par ce dialogue, simple, efficace, et dont on a hâte de connaître la fin inéluctable, ou pas…

 

et le Barbe Bleue breton,

le comte de Konomor

 

Morale de l’histoire. Jeunes filles, même en période de crise du logement, attention aux petites annonces, soyez prudentes, pour ne pas tomber dans les bras d’un Barbe Bleue, ou alors trouver un subtile stratagème pour le déjouer. A vos risques et périls...

 

 

 

et en psychanalyse

Bruno Bettelheim

 

 

 

                                                           © grégor clavel

quand les dieux nous gouvernent

 

juin 2O12

 

dernière info...

 

un nouveau vent

souffle,

 

le PS est réanimé

 

Une  nouvelle de Twitter.  

Si on se réfère à la légende grecque, et si ça  fait sens  encore aujourd’hui, ça serait sous l’incitation du Chef d'Etat (Zeus de l'Olympe) que la Première Dame de France  (Héra, épouse de Zeus) aurait commis le geste fatidique, le pouvoir de destituer une adversaire, et ce par une missive de Twitter, soutenir  un candidat dissident. Qui gagne alors ?

 

twitter,

nouveau mode de communication par web...

 

 

Un plan fomenté de toutes pièces par Zeus ? Car, pour Zeus, la déesse Métis, sa première compagne, le gêne dans la constitution de son nouveau gouvernement, et il veut s’en débarrasser. Il l’avale. Disparue Métis. Il a les mains libres.

Métis,

et les ruses de l'intelligence

Detienne et Vernant

Flammarion

 

 

Ainsi, Zeus,  le chef de l’Olympe,  peut gouverner  tranquille et en paix, son beau royaume.  Le ciel est tout bleu. Métis a disparu. Un nouveau vent souffle sur l’Olympe. Et pour nous humains, force est de constater, que « même non invoqués, les dieux sont présents». Oracle de Delphes. Et va ainsi le monde, quand de nouveaux processus sont enclenchés, ils ne pourront qu’aboutir,et  même si des vents contraires, dans toute Odyssée politique, s’y opposent. Normal, non...

L'Olympe,

et le gouvernement

de Zeus

 

Dictionnaire de Grimal

 

                                           

                       La Sainte Anne

                                           de Léonard de Vinci

 

mai 2012

 

La Sainte-Anne,

L'ultime chef d'oeuvre

de Léonoard de Vinci

 

Exposition

au Louvre

jusqu'au

22 juin 2012

 

Voir, le fameux tableau de Léonard de Vinci, celui dit La Sainte Anne, ou encore Saint-Anne, la Vierge et l'Enfant Jésus, lequel selon Freud serait le symbole même de l'histoire du peintre, et qui lui fut inspiré par un «un souvenir d’enfance». En fait, l'enfant Léonard eut dans sa vie, deux mères ; l’une sa génitrice, et l’autre sa marâtre, celle qui l’éduqua, la femme de son père. Léonard de Vinci est un enfant illégitime.

 

Un souvenir d'enfance de Léonoard de Vinci".

Sigmund Freud

Gallimard

 

Et redécouvrir, ce chef d'oeuvre. Car Le Louvre a fait un vrai lifting à la Grand-mère de Jésus. Le tableau rajeunit, et les couleurs pastels, noircies par le temps, et si sombres que nous lui connaissions, fait place, maintenant, à une grande luminosité. Alors, à nous de découvrir le secret de Léonard, lequel est caché dans les plis de la robe de Sainte-Anne, l'oiseau énigmatique dit le vautour par Freud, symbole égyptien de Mout, la Grande Déesse Mère. Une image-devinette, dite sfumato, révélant un complexe maternel, pour Freud, ou Léonard... Car l'oiseau nibio en italien veut dire milan... Une erreur qui amena Freud a développé le concept de souvenir-écran. Une faute bienheureuse pour les futurs psy...

 

 

Image devinette du tableau,

le vautour,

symbole égyptien de Mout,

la Grande Déesse Mère

Souvenir-écran,

resurgence d'un détail de l'enfance derriere lequel se cache un trauma

 

 

                                                               

Marilyn Monroe photos

Marilyn Monroe

1/06/1926 – 5/08/1962

 

 

archétype

du sexe symbole

 

et de l'éternel féminin

 

Livre d’un psy

Marilyn,

Dernières séances

de Michel Schneider

Ed. Grasset 2006

 

 

 

Revue de Morphopsychologie (SFM)

Marilyn Monroe

par Marielle

Clavel-Garel

 

N° 3 – 1985

Un nouveau  style de femme

N° 4 – 1988

L’enjeu du couple

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                            © grégor clavel

le lys blanc

 

 

Conférence 

Masculin-Féminin

en astrologie

participation de

Marielle Garel

le samedi après-midi

17 mars 2012

Forum

104,rue de Vaugirard

Paris

Inscription

www.association-source.com

 

Moi, je dédie à Marilyn, symbole du sexe-symbole, la fleur la plus délicate, la plus pure, celle qu’on offrait  à la mariée,  un lys  blanc. Il est le symbole de la conjonction des opposés, du féminin et du masculin.  Pétales en forme de corolle, et pistil aux étamines orangés, prêts à féconder.

 

Le lys blanc

fleur de mariage

 

Marilyn, une vénus callipyge qui transperçait tous les écrans de cinéma, nous envoûte encore par sa candeur, sa fragilité, et  tout l’amour charnel,  sensuel, qu’elle offrait à ses  maris, amants,  et au public. Si elle devint  l’archétype de toutes les Vénus, aucune grâce du ciel n'intervint pour répondre à son seul désir, enfanter. Tel fut son malheur.

 

Marilyn Monroe

Vénus callipyge

 

Et pour notre bonheur, revoyons, en cette année de commémoration,  à travers  les films et les  livres, l’inoubliable Marilyn,  qui a rejoint depuis cinquante ans, son étoile Vénus. L’astre qui se lève tôt dans le ciel,  le matin, et disparaît le soir, juste avant  le coucher du soleil.  Vénus, Ephémère, et Eternel Féminin.

 

 

Vénus

astre de l'éternel

féminin

 

Au fil des araignées

                                               © grégor clavel

Sculpture Louise Bourgeois

février

Au fil des Araignées

Musée Nationale

d'Histoire Naturelle

Jardin des Plantes

 

La Grande Galerie

d'Evolution

 

jusqu'au 2 juillet 2012

     
 

Quand on pénètre dans la Grande Galerie d’Evolution, quel drôle de bestiaire nous attend… Des  bêtes d’un autre temps, comme les dinosaures, ou encore des félins tout empaillés. Un monde fantastique et qui fait peur, et attracte... Cette fois, jusqu’au printemps, c’est dame araignée qui nous tend ses fils, et dans tous ses états. Et on saura tout sur l’araignée, d'une façon ludiqe, artistique et scientifique. Voilà ce que propose l’exposition «Au fil des Araignées».  On peut jouer, comme savent le faire les enfants, à se faire peur, et sans risque. La bestiole est morte.  Ainsi, une façon de se délivrer de la phobie des araignées, en la voyant, et en vrai...

 

phobie

des araignées

un mal qui n'est pas incurable...

 

 

Car, elle a mauvaise réputation, l’araignée. Qu'elle soit dans les mythes, et  le folklore, ou encore dans les vieux dictons de Mère-Grand. Elle nous piège. On est sous sa terrible emprise ; comme l’histoire de la belle jeune fille candide qui est transformée, en une hideuse araignée ; ou encore le récit d’une déloyale concurrente, qui est  métamorphosée aussi,  en araignée, dite arachné en grec. A nous de découvrir l’araignée symbolique qui nous emprisonne dans ses fils, à l’image de la  «Maman»,  de Louise Bourgeois, sculptrice des araignées, ou encore, celle d’Ovide, l’auteur des Métamorphoses.

 

L'araignée dite

arachné en grec

du maternel à la

concurrence féminine

 

Et si le dépassement  du complexe « Arachné », devenait « une Grande Evolution », pour enfin tisser sa propre toile. Car si on ne trouve pas le dieu (mythe) qui symbolise la pathologie (phobie), il ne resterait que la névrose, dixit la pensée de James Hillman, analyste jungien. Alors, grand temps de se délivrer de Dame Arachné - un temps synchronistique. "Et pourquoi pas", aurait dit Robert Desnos, avec son bestiaire si poétique, et de toutes les métamorphoses. Alors, soyons méta. Délivrance du complexe du Moi-Araignée, en écoutant, réécrivant contes et mythes, en lien avec la mère et les soeurs, et consoeurs mêmes, et inscrit dans un génographe (tracé d'un organigramme personnalisé) ; avec la méthode de la métanalyse. Et pourquoi pas...

 

Trois séances de métanalyse

 

comment dépasser

son complexe

d'arachné

 

 

contact :  info@metanalyse.org

 

 

 

 01 43 25 12 76
 

La psychanalyse

                                                        © grégor clavel

"a dangerous method"

un film de David Cronenberg

 

janvier

A dangerous method

du cinéaste

David Cronenberg

 

adaptation de la pièce de théâtre,

Parole et Guérison

de Christopher Hampton

Avant-Scène théâtre

août 2009 - N° 1276

 

Le film «A dangerous  method» du cinéaste David Cronenberg, fait beaucoup de bruit, et pas pour rien. Il suscite polémique, enthousiasme ou dégoût. Pourtant, il révèle que l’Eros est central dans la vie de deux hommes,  et pas des moindres. Il s'agit de Carl Gustav Jung, le jeune psychiatre, toujours ithyphallique dans le film, et Sigmund Freud, le père de la psychanalyse, qui lui a un Surmoi tyrannique. Censure de la libido. Ces famous psychanalystes, au temps de l’âge d’or des débuts de la psychanalyse, se partagent une même femme, Sabina Spielrein, une malade hystérique, laquelle à la suite d’une cure analytique conduite par Jung, guérit et devient docteur en médecine, et une éminente psychanalyste.Elle devint aussi une disciple fervente de Freud.

 

Ityphallique

sexe dressé, comme le dieu Zeus, un sacré bandeur, et un grand séducteur

Le Surmoi

qui censure la libido. Un vrai tyran...

 

Deux hommes qui aiment une même femme. C'est la trame du film. L'un baisant, c'est le beau et  jeune et séduisant et si intelligent Jung, psychiatre ; et l’autre, c'est le professeur Freud, neurologue,  théorisant sur la sexualité, mais qui ne baise plus, selon les rumeurs de l’époque. En fait, auraient-ils découvert, ces deux hommes, et à travers Sabina Spielrein, l'un, Jung et son anima ; et l’autre, Freud, son dark continent ?

 

 

Anima

mot forgé par Jung

une imago de la femme

Dark continent

expression de Freud

les mystères insondables de la femme

 

En tout cas, voici ma réalité. En dehors du film si romancé, je vois deux hommes psychanalystes, Jung et Freud, qui ont pris pour Objet  de leur science, une  femme, qui était à leurs yeux, loin d’être un Sujet. Elle fut leur sujet. Un bon sujet, qui  les conduit à réfléchir sur le  rôle capital du transfert et  du contre-transfert, dans les cures. Pierre angulaire de la  pratique psychanalytique. ça a du batailler dur sur le sujet, étant donné les projections respectives de l'un et de l'autre, et chacun à leur façon. Jung, très physique, et en même temps spirituel, et Freud, tout en pensée intellectuelle, et  ne voyant la cure qu'à travers le sexe. Paradoxe de l'être humain. J'en conclus qu'il leur fallut, à ces deux psychanalystes, une femme, et bien réelle, Sabina Spielrein, pour étayer leur méthode analytique, que certains disent, dangereuse ...

Tout sur l'histoire de

Sabina Spielrein

www.cgjung.net

 

 

Et vous

commentaires, avec retours :

info@metanalyse.org

 

Métanalyse tous droits  de reproduction ou d'utilisation ©

 

Marielle Garel

http://info@metanalyse.org

Tél 01 43 25 12 76


 

 
 

> Archives actu 2011

> Archives actu 2010

> Archives actu 2009

> Archives actu 2008

> Archives actu 2007